Menu
Top

Actualités

“Mon expérience à l’ESSEC a été une année extraordinaire, c’était ma bulle d’oxygène”

05-03-2021 / Source: ESSEC Executive Education
“Mon expérience à l’ESSEC a été une année extraordinaire, c’était ma bulle d’oxygène”

D’une vision transverse à l’expertise financière, Caroline Berekbaum, Directrice Générale et diplômée de l’Executive Mastère Spécialisé® Direction Financière et Contrôle, nous raconte son parcours et nous explique comment, grâce à la formation ESSEC, elle a su rassembler différents outils pour permettre au groupe familial de surmonter la crise de croissance qu’il traversait. Découverte de son témoignage inspirant. 

Portrait de Caroline Berekbaum

  • Âge : 46 ans
  • Diplôme : Executive MS Direction Financière et Contrôle, 2018 
  • Poste actuel : Directrice Générale
  • Entreprise : Groupe AB HOLDING

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Caroline Berekbaum : J’ai intégré le secteur du transport international dont je suis tombée amoureuse, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir voyager depuis son bureau. En une journée, j’échangeais avec les 4 coins du monde : la Chine, le Brésil ou encore les États-Unis.

J’ai beaucoup évolué et suis passée par les différents métiers du secteur du transport international et de la logistique : d’agent de transit import, export, aérien, maritime, à  responsable du développement international. J’ai grimpé chaque marche jusqu’à devenir Directrice Générale du groupe AB HOLDING en 2015.

Pourquoi avoir choisi de vous former ?

Caroline B. : Quand j’ai pris la fonction de Directrice Générale en 2015, l’entreprise traversait une crise de croissance, nous devions vite trouver des solutions. 

Cette prise de poste ne me paraissait possible qu’avec une bonne compréhension des états financiers du groupe qui me permette de bâtir une stratégie efficace. Il m’a donc paru essentiel de suivre une formation exécutive en finance d’entreprise. 

Quel a été l’élément déclencheur pour intégrer l’Executive MS Direction Financière et Contrôle ?

Caroline B. : Un jour, j’ai reçu une invitation de l’ESSEC pour assister à la présentation du programme, le pitch m’a tout de suite convaincue. Je me suis dit “c’est exactement ce dont j’ai besoin, c’est cousu pour moi”.

Quelques jours plus tard, je me suis rendue sur le campus de l’ESSEC Executive Education à La Défense pour participer à cette session d’information qui mettait en avant les bénéfices et la valeur ajoutée du programme, ce qui n’a fait que confirmer mon souhait de me former. Les équipes de l’ESSEC m’ont ensuite accompagné à chaque étape dans les démarches d’admission et de financement. 

Comment se sont passés vos premiers jours à l’ESSEC ?

Caroline B. : Lors de la rentrée, on a fait un premier tour de table pour se présenter et je me suis vite aperçue qu’un grand nombre des participants détenait déjà un bagage financier. Les premiers jours, j'avais de gros doutes car j'avais un profil atypique et moins de connaissances financières que le reste de la promotion de par mon expérience.  

Par exemple, au sein de mon entreprise lorsque j’étudiais le compte de résultat je me focalisais principalement sur le chiffre d’affaires et le bénéfice sans réellement savoir déchiffrer entre les lignes.  

Parlez-nous de votre thèse professionnelle ?

Caroline B. : Avec ma thèse professionnelle j’ai pu aborder : “La consolidation des comptes dans les micro-groupes de type PME”, un sujet qui m’intéressait beaucoup et qui était en lien direct avec mon activité professionnelle.

Durant mes recherches, j’ai rencontré une douzaine de chefs d’entreprise de PME avec qui j’ai eu des échanges très riches et constructifs ainsi qu’un universitaire spécialiste des PME. Ces échanges m’ont véritablement permis d’avancer dans ma réflexion.

Quelle était la relation entre les participants de la promotion ?

Caroline B. : Nous étions une promotion soudée. J’avais souvent l’impression de me retrouver sur les bancs de la fac. Une super ambiance. Quand la formation s’est terminée, je me suis demandée comment j’allais faire sans ce plus que l’ESSEC m’apportait chaque jour et qui m’a fait un bien fou.

Comment avez-vous géré cet équilibre entre votre vie familiale, professionnelle et la formation ?

Caroline B. : Dès le départ, j’ai eu un réel soutien de la part de ma famille, elle savait que cela me tenait à cœur; mes filles étaient fières de voir leur maman retourner sur les bancs de l’école. Ils étaient tout à fait compréhensifs à l’idée que mes week-end allaient être consacrés à la formation.


Côté professionnel, c’était un vrai équilibre à trouver mais très enrichissant dans la mesure où j’appliquais ensuite directement de retour au bureau ce que j’apprenais en formation.

Qu’est-ce que la formation vous a apporté d’un point de vue personnel ? 

Caroline B. : J’ai évolué dans une seule entreprise, outre mes petites expériences d’étudiantes, je suis mono-entreprise. Mon expérience passée à l’ESSEC m’a permis de prendre confiance en moi et de contribuer réellement à l’évolution de mon entreprise. J’avais besoin de me prouver que j’en étais capable et de gagner cette assurance que je détiens aujourd’hui. Cette formation ESSEC m’a aussi apporté une connaissance solide et une expertise en finance d’entreprise. 

Quel souvenir marquant gardez-vous de la formation ? 

Caroline B. : Le souvenir marquant que je retiens est le dernier cours « Simulation mirage » à Bordeaux qui s’est déroulé sur plusieurs jours où l’on a pu mettre en pratique ce qu’on avait vu et appris tout au long de l’année.

Il y avait une sorte d’émotion générale, nous étions conscients que l’on assistait à notre dernier cours de cette belle aventure humaine. Cette formation a été une année extraordinaire, c’était ma bulle d’oxygène.

Qu’en est-il de l’après formation ?

Caroline B. : Avant d’intégrer ma formation à l’ESSEC, j’avais une vision 360° de l’entreprise (négociation, management…) mais sans aucune expertise précise. 

Pendant la formation, tous les lundis matin, je revenais au bureau en disant à mon comptable « on va faire ça, on doit faire ça ». Finalement, cet enrichissement que j’acquérais au fur et à mesure des semaines, nous a permis de faire un énorme progrès dans l’entreprise et de franchir un cap, notre système de pilotage est désormais solide.

Quels conseils donneriez-vous à un.e futur.e participant.e du programme ? 

Caroline B. : La vie professionnelle est un parcours semé de nouvelles expériences, de découvertes, de crises en tous genres qui nécessite d’être régulièrement formée pour les traverser. Je suis adepte du lifelong learning afin de ne pas camper sur ses acquis ! 

Je conseille également aux futurs participants de travailler leur thèse sérieusement car c’est une vraie valeur ajoutée à cette formation. C’est une grande fierté de la soutenir lorsque le travail fourni nous a donné une excellente maîtrise du sujet.

Comment résumeriez-vous l’expérience ESSEC en 3 mots ? 

Caroline B. : Les 3 mots qui me viennent spontanément sont : dépassement de soi, exigence, bulle d’oxygène.

 

Pour aller plus loin :

Récemment sur ESSEC Knowledge

Tellement de Manières de se Tromper sur ...

Fabrice Cavarretta nous parle de le futur de ...

Tellement de Manières de se Tromper sur le Futur de l’IA, mais elle nous dépassera
Une histoire française du mot « philanthropie ...

La signification du concept de philanthropie a évolué ...

Une histoire française du mot « philanthropie »
Les écoles de commerce dans « l’économie ...

Estefania Santacreu-Vasut explique comment les écoles de commerce ...

Les écoles de commerce dans « l’économie de l’attention »

Évènements à venir

  • Avr 13
    Masterclass | Préparer son organisation à la polyvalence de l’intrapreneuriat

    Animée par Fabrice Cavarretta

    18:00 | Online session Participer
Quel programme est fait pour vous ?